mar 17

Des dizaines de jeux GRATUITS pour enfants

attentionC’est Votre Unique Chance de
Profiter de Cette Offre Avant
que la Page ne disparaisse
Disponible uniquement ICI

Offre Gratuite Ouverte à Celles
et Ceux qui Veulent Eduquer leurs
enfants Par le Jeu Sans se Fatiguer Trop

JEUX GRATUITS POUR ENFANTS

Indiquez dès maintenant votre prénom et votre adresse e-mail
dans le formulaire ci-dessous. C’est simple et instantané !

arrow

iNSCRIVEZ-VOUS ICI  [newsletter_form]

juil 03

La Sécurité de l’Enfant

securiteLes enfants d’âge préscolaire sont en pleine évolution. Au fur et à mesure qu’ils grandissent, ils se développent sous plusieurs aspects. Parfois, ils sont malhabiles, parfois ils veulent imiter, parfois ils ont le désir d’être indépendants. Une chose est certaine, c’est qu’ils prennent souvent des risques. Ces initiatives se traduisent parfois par des chutes ou des accidents. Le jeune enfant a besoin d’être guidé et d’apprendre à évaluer les comportements à risque de conduire au danger.

Les accidents et les blessures des enfants en service de garde peuvent parfois être évités par différentes mesures préventives. Il est évident que la première mesure à prendre comme service de garde est de porter une attention constante sur les enfants. En d’autres mots, dans la mesure du possible, ne jamais laisser les enfants sans surveillance.

Ensuite, plusieurs petites précautions peuvent et doivent être mises en place dans votre service de garde quant à l’aménagement et au ma­tériel mis à la disposition des enfants.

Dans la formation de MEDAV qui porte aussi sur l’aspect de la sécurité, vous serez sensibilisée aux différents dangers auxquels sont exposés les tout-petits, mais aussi aux moyens pour prévenir les accidents ou les blessures graves. Entre autres, des outils pédagogiques vous seront présentés afin d’inciter les enfants à la prudence face aux dangers que représente le feu, l’eau et les différents déplacements (automobile, autobus scolaire, piéton).

 

juil 01

Prévention des Risques

postureL’accident du travail

Est considéré comme accident du travail, quelle qu’en soit la cause, l’accident survenu par le fait ou à l’occasion du travail à toute personne salariée ou travaillant, à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit, pour un ou plusieurs employeurs ou chefs d’entreprise.

L’accident de trajet

Est considéré comme accident de trajet, l’accident survenu au salarié sur le trajet aller-retour, entre :

- d’une part, son lieu de travail ;

- d’autre part, sa résidence habituelle ou le lieu auquel il se rend pour prendre ses repas.

Pour que l’accident de trajet soit reconnu :

- le salarié ne doit pas faire de détours dictés par l’intérêt personnel ;

- le trajet ne doit pas être interrompu.

L’accident de mission

C’est un accident survenu lors d’un déplacement lié au travail et ordonné par l’employeur.

La maladie professionnelle

C’est la conséquence d’une action lente et prolongée de certains agents nocifs avec lesquels les travailleurs sont en contact pendant leur temps de travail. Les maladies professionnelles sont limitativement énumérées par des tableaux indiquant la liste des travaux susceptibles de provoquer la maladie.

Les prestations

Lors d’un arrêt de travail consécutif à un accident du travail, la Sécurité sociale verse à la victime des prestations :

- Prestations en nature qui couvrent les frais de santé, les prothèses et appareillages, la réinsertion sociale et professionnelle ;

- prestations en espèces concernent les indemnités journalières pour compenser la perte de salaire ;

- prestations en cas de décès de la victime qui couvrent une rente d’ayants droit.

Les visites médicales obligatoires

- avant l’embauchage

- une fois par an

- après un arrêt pour cause d’accident ou de maladie.

La médecine du travail

Ce service est assuré par des médecins spécialisés dont le rôle est essentiellement préventif et consiste à éviter « toute altération de la santé des travailleurs en surveillant notamment les conditions d’hygiène liées au travail, les risques de contagion et l’état de santé des salariés.

Les formalités à accomplir

Le salarié accidenté doit faire prévenir l’employeur dans les 24 heures. L’employeur doit faire la déclaration d’accident à la caisse d’assurance maladie dont dépend le salarié dans les 48 heures. Il doit remettre au salarié la feuille d’accident du travail. Cette feuille permet d’obtenir la gratuité des soins.

 

juil 01

La Pollution Atmosphérique

pollutionL’air est composé de 78% d’azote, de 21% d’oxygène ; le reste (1%) est constitué par des gaz et brouillards toxiques, des poussières et des micro-organismes susceptibles de contaminer l’air. Les substances polluantes sont produites à l’état naturel ou résultent des activités humaines.

Dans certains pays des lois ont été votées, ayant pour objectif de lutter contre la pollution atmosphérique.

La pollution de l’air correspond à une modification de la composition habituelle de l’air, qui peut occasionner une gêne ou avoir des effets nocifs sur la santé de l’homme et sur son environnement.

Agents responsables

Agents responsables

Origines

Conséquences sur l’environnement / Santé individus

Oxyde d’azote (NO)

Gaz résultant de la réaction oxygène et azote sous l’effet de la température du moteur.

Troubles respiratoire chroniques, irritations, diminution des défenses immunitaires, migraines.

Responsable des pluies acides

Oxyde de soufre (SO)

Provient de la combustion des fiouls et des combustibles solides.

Maladies respiratoires, toux, baisse de la capacité respiratoire, asthme, troubles cardio-vasculaires.

Responsable des pluies acides

Ozone (O3)

Rejets automobiles d’hydrocarbures et d’oxydes d’azote.

Toxique à basse altitude, migraines, irritation oculaires, altération des fonctions pulmonaires, toux, diminution de la capacité respiratoire.

Monoxyde de carbone (CO)

Généré par les combustions incomplètes.

Anoxie, troubles cardio-vasculaires, migraines, vertiges, troubles de la vision.

Dioxyde de carbone (CO2)

Produit naturel de toute combustion carbonée.

Responsable de l’effet de serre.

Plomb (Pb)

Présent dans l’essence ordinaire et le super.

Intoxication, anémie, troubles de la croissance, insuffisance rénale, troubles du développement cérébral avec perturbations psychologiques.

Polluant nocif surtout chez l’enfant.

Hydrocarbures (HC)

Combustion incomplète de carburants.

Irritations oculaires, toux, actions cancérigènes.

Fumées noires

Particules de carbone et hydrocarbures des échappements des moteurs diesels.

Troubles respiratoires, effets cancérigènes.

Chlorofluorocarbures (CFC)

Proviennent de substances chimiques

Responsables du trou dans la couche d’ozone.

COV / Corps Organiques Volatils

Hydrocarbures (benzène), composés oxygénés (aldéhydes).

Irritations oculaires, toux, actions cancérigènes.

Ozone (O3)

Provient de la dissociation du NO2 et des COV sous l’effet du rayonnement ultraviolet.

Toux, essoufflement, irritations nasales, oculaires et de la gorge.

Particules en suspension.

Cendre, suies, métaux lourds (plomb, cadmium).

Pénètrent profondément dans les voies respiratoires

Les différentes couches de l’atmosphère

L’effet de serre

La terre reçoit le rayonnement solaire et émet vers l’espace un rayonnement infrarouge. Dans l’atmosphère, la vapeur d’eau, le dioxyde de carbone (CO2) et d’autres gaz retiennent une partie de ce rayonnement infrarouge : c’est l’effet de serre qui maintient la Terre à une température moyenne favorable à la vie. La pollution augmente la quantité de gaz responsables de cet effet de serre (dioxyde de carbone, CFC, méthane, protoxyde d’azote). La température moyenne sur la Terre augmente donc. Cela peut entraîner la fonte des glaces, la montée des océans et la désertification de certaines régions.

La destruction de la couche d’ozone

La couche d’ozone se trouve dans la stratosphère. Elle entoure notre planète à environ 30 km d’altitude. Elle nous protège grâce à ses molécules d’ozone (03) qui absorbent les rayons ultraviolets (UV) du soleil qui sont cancérigènes. Le chlore et le brome contenus dans des substances chimiques sont à l’origine du « trou » dans la couche d’ozone. Ces substances sont essentiellement les chlorofluorocarbures (CFC). On les trouve dans les gaz propulseurs des aérosols, comme réfrigérant dans les équipements frigorifiques, dans les mousses plastiques, dans les solvants et détergents.

Les pluies acides

Lorsqu’ils sont dispersés dans l’atmosphère, des polluants, comme le dioxyde de soufre et les oxydes d’azote, agissent sur l’eau en donnant de l’acide sulfurique et de l’acide nitrique. Ces acides se retrouvent dans l’eau de pluie. Les pluies acides sont considérées comme responsables de la détérioration des forêts et de la dégradation des pierres des monuments.

Les mesures individuelles et collectives pour moins polluer l’air

  • Redécouvrir les plaisirs du vélo et de la marche.
  • Chauffer moins son logement afin de réduire sa consommation d’énergie.
  • Opter pour des produits recyclables afin qu’ils ne soient pas brulés après utilisation.
  • Privilégier les transports en commun.
  • En voiture éviter les accélérations brusques.
  • Rouler avec un pot catalytique.
  • Ne fumez pas.

 

juin 30

L’Equilibre de Vie

equilibreLe système nerveux

Le système nerveux assure la coordination du mouvement et des organes ; il reçoit des messages, influx nerveux, et émet des réponses, influx moteur. Il comprend le cerveau, la moelle épinière et les nerfs. L’influx se propage par l’intermédiaire de cellules particulaires : les neurones.

La cellule nerveuse ou neurone est l’élément de base du système nerveux. Cette cellule spécialisée comporte trois parties : les dentrites, l’axone et le corps cellulaire. On appelle synapse la jonction entre deux neurones.

Les rythmes biologiques

Les rythmes biologiques (rythme circadien : 24 heures – rythme saisonnier – rythme veille sommeil – rythme mensuel, etc…) déterminent à la fois les besoins et les fonctions vitales de chacun. Chaque composant du corps a son rythme propre.  La résistance est maximale en été, minimale en hiver. Les perturbations de l’état rythmique général de l’individu peuvent signaler un état physique ou psychologique défectueux. Il est nécessaire de rester à l’écoute de son horloge biologique et de suivre son propre rythme. Chacun doit connaître ses propres rythmes et ceux des personnes avec lesquelles il vit et les respecter. Il est indispensable de dormir régulièrement, de refuser les excitants, de pratiquer une activité physique.

Le sommeil

Le sommeil est une succession de plusieurs cycles. Un cycle dure environ 1h30 à 2h00. Nous dormons environ 5 cycles par nuit.

Chaque cycle s’établit de la façon suivante :

Stade 1

Sommeil lent très léger

Période d’endormissement

Perte de la vigilance

Bâillements

 

Stade 2

Sommeil lent léger

Réveil au moindre bruit

Stade 3

Sommeil lent profond

Muscles détendus

Rythme cardiaque ralenti

Sécrétion de l’hormone de croissance

Stade 4

Sommeil lent très profond

Réveil difficile

Sommeil paradoxal (stade 5)

Rêves

Cerveau en activité

Récupération de la fatique nerveuse.

Mémorisation

Maturation du système nerveux chez l’enfant.

Une nuit agitée entraîne presque à coup sûr une nuit perturbée. Quelques règles simples peuvent éviter ou rétablir l’équilibre :

– connaître son temps optimal de sommeil et le respecter ;

– créer des conditions de repos favorables à la détente, éviter le bruit (radio, télévision). Des dîners trop copieux et trop arrosés peuvent être à l’origine de troubles du sommeil ;

– éliminer autant que possible les causes d’anxiété et d’angoisse en menant une vie calme et détendue ; le sport est excellent pour la santé quel que soit l’âge ;

– supprimer les excitants (thé, café, tabac et certains médicaments).

 Le stress

Le stress, c’est l’état d’un organisme entrain de réagir à une agression. Les agressions peuvent être psychologiques (émotions, peurs, conflits affectifs), physiques (blessures, bruit intense … ) ou biochimiques (infections, drogues, excitants…). L’évènement est ressenti et interprété différemment selon les individus.

Le message agressif arrive au cerveau :

L’hypothalamus stimule les glandes  médullo-surrénales (reins).

Celles-ci sécrètent deux hormones (adrénaline

et noradrénaline).

Le coeur se contracte plus fort.

La ventilation pulmonaire s’accélère.

La tension artérielle s’élève.

L’hypophyse stimule les glandes cortico-surrénales (reins).

Celles-ci sécrètent une hormone (le cortisol).

On observe une baisse de l’activité des globules blancs.

Le foie libère du sucre (glucose) dans le sang.

Le glucose ainsi libéré fournit de l’énergie aux muscles. 

C’est ainsi que l’organisme se prépare à l’action.

Sous l’action des hormones (adrénaline, noradrénaline et cortisol) une mobilisation globale de l’organisme se produit.

 

juin 30

L’Eau

eauNotre organisme est constitué de 70% d’eau. Nous éliminons par l’urine, la transpiration, la respiration 2 litres d’eau par jour. Celle-ci doit être remplacée, c’est pourquoi pour compléter l’eau apportée par l’alimentation nous devons boire 1,5 litre à 2 litres d’eau par jour. L’eau est la seule boisson indispensable à la vie.

L’eau potable est utilisée pour la cuisine, la propreté, l’hygiène, les industries, l’agriculture, l’élevage. Elle est captée dans les eaux souterraines, les sources, les cours d’eau, les rivières, les fleuves.

Après traitement, l’eau est stockée dans des bassins, des réservoirs, des châteaux d’eau avant d’être distribuée dans les habitations grâce à des conduites souterraines.

L’eau potable est destinée à la consommation humaine. Elle ne doit pas contenir de micro-organismes et de produits toxiques ; elle doit être agréable à boire et ne pas rendre malade.

Six paramètres définissent la qualité de l’eau :

- Paramètres physico-chimiques : ex. température, pH, chlorures, calcium, sodium

- Substances indésirables : ex. nitrates, ammonium, fer, cuivre, zinc, argent, fluor

- Substances toxiques : ex. arsenic, chrome, plomb, sélénium

- Paramètres microbiologiques : ex. salmonelles, staphylocoques, streptocoques

- Pesticides et produits apparentés

L’eau constitue 97% de notre planète, elle est surtout stockée dans les océans, les mers, les glaces, la neige. L’eau douce constitue une faible part de notre eau, environ 3%.

L’eau s’évapore de la surface des océans, des sols couverts de forêt et de végétation. Une partie est absorbée par les racines, les feuilles. Le reste de cette vapeur se transforme en nuages qui provoquent des précipitations sur les reliefs, sous forme de pluie et de neige, entraînant des ruissellements sur le sol qui alimentent les rivières et les eaux souterraines puis les océans. C’est ce qu’on appelle le cycle de l’eau.

Les eaux usées proviennent des industries : des usines thermiques et nucléaires, des usines chimiques, pétrolières, agro-alimentaires ou d’incinération, des papeteries, de l’agriculture et de l’élevage, des eaux vannes d’origine humaine et ménagère comme les eaux de WC.

L’eau polluée par des micro-organismes peut être responsable de maladies si elle est bue, si elle sert à l’arrosage des légumes ou des fruits consommés crus, ou si ce sont des lieux de baignade. Ex. de maladies : choléra, dysenterie, poliomyélite, salmonelloses, légionellose etc.

Les communes sont responsables de l’épuration de l’eau. Les eaux usées sont collectées et transportées par les égouts vers une station d’épuration afin d’être dépolluées. Après assainissement et clarification, les eaux sont rejetées dans les rivières.

Le prix de l’eau est fixé par la Société Nationale « EP Algérienne Des Eaux », selon le coût de la production, de la distribution et de l’assainissement. Il est calculé en mètres cubes (m3).

L’eau est une ressource limitée et précieuse. Il faut éviter le gaspillage. Une douche économise 80 litres d’eau par rapport à un bain. Les machines à laver le linge ou la vaisselle consomment la même quantité d’eau lorsqu’elles sont pleines ou à moitié vides.

Les produits toxiques jetés dans l’évier ou dans l’égout sont dangereux pour les stations d’épuration : huiles de vidange, peintures, vernis, etc. sont à porter aux déchetteries. Il existe des appareils économiseurs d’eau comme les chasses d’eau peuvent consommer maintenant entre 3 et 6 litres d’eau au lieu de 10 litres auparavant. Les appareils ménagers possèdent des programmes économiques, une chasse d’eau qui fuit, un robinet qui goutte, une fuite sur le circuit de distribution peuvent doubler la consommation d’eau, soyez vigilant.

 

juin 28

Le Développement de l’Enfant

developpementIl existe plusieurs principes qui expliquent le développement de l’enfant. Entre autres, le développement ne s’effectue pas par hasard, mais plutôt selon une séquence d’apprentissage qui est logique, prévisible et cumulée. D’abord, parce que l’enfant commence par faire l’acquisition des habiletés les plus simples pour ensuite développer les plus difficiles. Ensuite, chacune d’entre elles se suivent et se complètent.

Par exemple, un enfant apprend à marcher avant de courir. De plus, comme chaque enfant apprend à son propre rythme, il est préférable de se fier à l’ordre d’apparition de chacune des habiletés plutôt que son âge moyen d’apparition.

Votre rôle par rapport à l’accompagnement de l’enfant dans chacune des étapes de son développement est important. Toutefois, il est important de ne pas surstimuler. Laissons les enfants être des enfants. Un enfant trop stimulé pour­rait développer des problèmes de comportement à l’école puisque cette dernière ne sera pas en mesure de lui offrir des défis.

Certains enfants développent une ou plusieurs dimensions plus rapidement que les autres selon ses intérêts et ses préférences. Finalement, l’enfant apprend de façon irrégulière. Il n’est pas rare d’observer une poussée plus ou moins rapide des apprentissages à certaines étapes du développement.

Il n’est pas nécessaire de forcer l’enfant ou de le surstimuler afin qu’il développe certaines habiletés plus rapide­ment. Certains apprentissages demandent un degré de maturité quelconque avant d’être maîtrisés, par exemple l’apprentissage de la propreté; l’enfant doit être en mesure de contrôler ses sphincters avant d’être propre et cela n’arrive pas avant 2 ou 3 ans.

 

juin 28

Les Déchets

dechetsChaque citoyen produit des déchets.

Les ordures ménagères sont composées de :

- Matières putrescibles (qui pourrissent)

- Papiers – cartons

- Éléments fins et divers

- Verre

- Matières plastiques

- Métaux

- Textiles

Le tri sélectif consiste à séparer les déchets ménagers en plusieurs catégories : les recyclables après traitement (bouteilles en plastique), les non recyclables (aliments jetés), les recyclables sans traitement (verre), les déchets dangereux (produits toxiques).

L’incinération consiste à brûler les déchets non recyclables. On récupère l’énergie pour chauffer des logements et produire de l’électricité.

Le compostage est un procédé qui permet de transformer les composants animaux et végétaux en engrais.

Dans certains pays, les décharges ont disparues. Les décharges qui restes autorisées sont soumises à des normes de sécurité écologiques sévères.

Que deviennent les produits recyclés :

- les papiers et cartons sont transformés en cartons d’emballage, papier journal ;

- les briques de lait sont transformées en panneaux pour faire des meubles et en papier ;

- les bouteilles plastiques sont transformées en tuyaux, revêtements de sol, pull-over ;

- les métaux sont transformés en tôles, boîtes de conserve.

Combien de temps la nature met-elle pour éliminer les déchets ?

- 3 mois : mouchoir en papier

- 3 à 4 mois : ticket de bus, mégot sans filtre

- 6 mois : trognon de pomme, allumette

- 1 à 2 ans : mégot à filtre

- 5 ans : chewing-gum

- 10 ans : boîte de soda

- 100 ans : briquet jetable

- 100 à 1000 ans : bouteille en plastique

- 4000 ans : bouteille en verre

 

juin 28

Le Corps Humain

corps-humainLes principaux constituants du corps humain sont : la cellule, les tissus, les organes, les appareils ou systèmes

La cellule :

C’est un élément de base du corps humain qui en contient 60 à 80 000 milliards, se compose :

- d’un noyau qui contrôle son activité. Il renferme des filaments souples et fins  » les chromosomes » lesquels portent les gènes qui donnent les caractéristiques d’un individu ;

- du cytoplasme dans lequel baignent des éléments utiles : les organites ;

- d’une membrane souple, élastique et perméable qui délimite la cellule et la protège.

Les cellules s’assemblent de manière organisée pour former des tissus.

 

On distingue quatre grands types de tissus :

- les tissus épithéliaux : les cellules sont jointives et juxtaposées (ex : la peau)

- les tissus conjonctifs : les cellules ne se touchent pas (ex : le sang)

- les tissus musculaires

- les tissus nerveux

Un organe est un assemblage structuré de tissus différents (ex : le coeur, le foie, le cerveau).

Un appareil (ou système) regroupe un ensemble d’organes et assure une fonction particulière (ex : l’appareil digestif permet l’assimilation par l’organisme des aliments et des boissons).
Finalement, le corps humain est composé de plusieurs appareils ou systèmes.

Les fonctions du corps humain :

- la fonction de nutrition est assurée par les appareils : respiratoire (apport d’oxygène), digestif (transformation et assimilation des aliments), circulatoire (transport des nutriments jusqu’aux cellules) et excréteur (élimination des déchets).

- la relation avec le milieu extérieur est assurée par le système nerveux (qui permet la coordination des activités de l’organisme, la perception du milieu extérieur), et par l’appareil locomoteur (qui permet une action sur le milieu extérieur).

- la fonction de reproduction est assurée par les appareils génitaux masculins et féminins et une partie de l’appareil endocrinien (production d’hormones).

Le système nerveux et le système hormonal harmonisent l’ensemble des fonctions de l’organisme.

 

juin 28

Le Bruit

bruitLe son ou bruit est une vibration qui se propage dans les molécules d’air. Il est perçu par l’organisme comme une sensation désagréable et gênante ou agréable.

Le bruit se mesure par son intensité et sa fréquence. Son intensité est en décibel dB (A), elle est soit faible, soit moyenne, soit forte. Sa fréquence en Hertz (Hz) correspond au nombre de vibrations par seconde. Plus il y a de vibrations plus le bruit est aigu, moins il y a de vibration plus le bruit est grave. Les valeurs limites du champ auditif d’un être humain se situent entre 20 et 20 000 Hz. Les fréquences les plus sensibles par notre oreille se situent entre 1000 et 4000 Hz.

L’oreille est en danger à partir de 85 dB (A), elle peut se déteriorer, mais la douleur n’apparait qu’à partir de 120 dB (A).

L’oreille est constituée de trois éléments : l’oreille externe, l’oreille moyenne, l’oreille interne.

L’oreille externe est séparée de l’oreille moyenne par le tympan. Dans l’oreille moyenne les trois osselets (marteau, enclume et étrier) transmettent les vibrations du tympan vers l’oreille interne. A l’intérieur de l’oreille interne des cellules ciliées, située dans la cochlée, reçoivent les vibrations et les transmettent au nerf auditif puis au cerveau où elles sont interprétées.

Le bruit a des effets néfastes sur la santé : troubles du sommeil, irritabilité, accélération du rythme cardiaque, augmentation de la tension artérielle, vertige, diminution du champ auditif etc.

 

Articles plus anciens «