«

»

mar 30

Opinion

Jugement subjectif, fondé sur une connaissance vague de la réalité, reflétant la manière de voir, l’état d’esprit, l’attitude d’une personne ou d’un groupe, à l’égard d’une valeur déterminée. — L’opinion est ce que nous croyons vrai : l’ouvrier français pense que le vin est un aliment nécessaire à l’homme, l’Afrikander [afrikander [afrikdar] ou afrikaner [afrikanar] adj. et n. Relatif aux habitants de l’Afrique du Sud d’origine néerlandaise (parlant l’afrikaans). Subst. Un(e) Afrikander ou Afrikaner. © Hachette Multimédia / Hachette Livre, 1999], que le niveau intellectuel des Blancs est supérieur à celui des Noirs, etc. Les opinions d’un sujet sont révélatrices de son caractère; elles renseignent sur le système de valeurs auquel il est attaché, sur la rigidité ou la flexibilité de ses attitudes, sur ses aspirations personnelles et son degré de maturité psychologique. On a observé, en effet, que les hommes d’âge mûr professent avec assurance des opinions cohérentes, adaptées aux valeurs contemporaines, tandis que les femmes, les enfants et les vieillards sont plus suggestibles et incertains. Selon V. Y. French (1947), ce sont les sujets les mieux équilibrés, ceux qui s’acceptent tels qu’ils sont, avec leurs qualités et leurs déficiences, qui expriment, sans passion, les opinions philosophiques ou religieuses les plus nuancées, bien intégrées, tandis que les personnes faibles, écrasées par un sur-moi rigoureux, cachent leur incertitude psychologique derrière la violence de leurs opinions et leur intolérance.
Comme les attitudes, les opinions s’élaborent dans l’interaction sociale, sous I’influence primordiale de l’identification aux parents, aux maîtres et aux autres membres de l’entourage. Elles se forment aussi à partir des situations existentielles : expériences familiales (révolte contre l’image du père, par ex.), accidentelles (dramatiques ou traumatiques), professionnelles; enfin, elles sont influencées par les conditions socio-économiques et le rôle social de chacun (notre statut dans la collectivité implique de notre part l’adoption de certaines attitudes et opinions). Le besoin de connaître les opinions de fractions plus ou moins larges de la population est ressenti par les militaires, soucieux de connaître le moral des troupes, par les industriels et les administrateurs, qui désirent améliorer la qualité des relations humaines à l’intérieur du système psychosocial dont ils ont la charge; enfin, par les entreprises commerciales, qui cherchent à connaître les besoins et les goûts du public (études de marché) afin de lui donner satisfaction. Il est possible de se faire une idée à peu près exacte des opinions d’une population en interrogeant un nombre suffisant de personnes (échantillon représentatif) appartenant à l’ensemble considéré. (V. rôle, sondage, statut.)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>