«

»

Dermatoptique ou photodermique (sensibilité)

======================================================= Formation Algérie : L’Ecole MEDAV vous offre des formations professionnelles à Distance en Algérie et partout dans le monde entier, pour vous permettre d'étudier à votre rythme et où vous le souhaitez afin de progresser plus rapidement dans des conditions optimales. Télécharger l'Offre de Formation à distance de l'Ecole MEDAV =======================================================================================

[du gr. derma, peau, et optiké, vision]. Il s’agit non pas d’une vision par la peau, mais d’une perception de la lumière par les téguments et les tissus du corps exposés à la lumière. D’après G. Viaud, cette sensibilité serait responsable, en premier lieu, du phototropisme (orientation vers la lumière) de certains animaux, tels que les daphnies. Elle correspond à une caractéristique générale de tout protoplasma. On la retrouve, en effet, dans le règne végétal et dans le règne animal. Des expériences de psychologie animale sur le lombric, la larve de mouche (privés naturellement d’organes visuels), la blatte ou le triton (aveuglés pour les besoins de l’expérimentation) ont montré que ces animaux restaient sensibles à l’influence de la lumière. Privés de sens visuel, il ne peut s’agir que d’une perception extra-oculaire. Les savants ont établi que la peau, dans ce cas, joue le râle d’organe récepteur. Ils pensent aussi que le sens visuel des animaux supérieurs s’est dégagé de cette sensibilité dermatoptique par voie de différenciation. Chez l’homme, l’existence d’une telle sensibilité est très contestée. Louis Farigoule (Jules Romain) a cru déceler chez celui-ci une « vision paroptique » (1920), que certains (René Maublanc) s’efforcèrent vainement de développer chez les aveugles. Cet échec, associé à de nouvelles recherches négatives consacrées au même sujet, fit croire que la thèse du précédent auteur était erronée. Cependant, de récents travaux effectués en Russie (laboratoire de psychologie de Nizhny-Tagil, 1964) confirmeraient la possibilité d’une < vision extra-rétinienne » humaine. En effet, parmi les sujets étudiés, un certain nombre (16 p. 100) se révélèrent ~capables de distinguer le noir du blanc par le toucher, et une jeune fille de vingt-deux ans (Rosa Kouleshova) aurait même reconnu les couleurs avec le bout de ses doigts.


  bann1 Dermatoptique ou photodermique (sensibilité)   Share
coordonnees